Voyages

La clémence de l’État

Pour la guerre contre les ravages que fait la mer, les côtes littorales françaises se font menacer et en accord avec la situation, un conseil municipal s’est déroulé pour le débat pour la diminution des taux des impôts locaux, les demandes de subvention et l’acquisition de parcelles dans le cadre de la protection du littoral et détourne la vision de l’État sur les événements portant sur la côte française.

Une colère démesurée

Dans le projet face aux tempêtes qui diminuent la côte française, le Maire de Vias de Hérault prit une décision fatale en s’apprêtant à raser toute forme de BLEUEconstruction de 30 à 70 mètres au bord de la mer pour permettre un renouvellement de la digue et des plages. Une décision portant sur l’économie pour les attirances touristiques pour un meilleur Camping Vias. Ce qui a déchaîné la colère des habitants vivant aux alentours de ces quelques mètres.

Décision ultime

Face aux menaces maritimes pendant l’hiver, plusieurs tonnes de sables sont déplacées pour la reconstruction des plages surtout pour Vias. En accord avec le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et l’Office national des forêts (ONF), un débat s’est mis en place pour un constat sur le recul progressif des côtes françaises. Une majeure partie des côtes ravagée par l’érosion côtière. Suite à un appel vis-à-vis d’un projet qui consiste en une expérimentation de la relocalisation des activités et des biens situés dans des zones à haut risque, le site logeant la plage de Vias furent une des cinq collectivités locales de métropole Hérault et d’outre-mer qui ont été retenues et qui vont entreprendre un réaménagement et une revalorisation des espaces et des terrains de loisir, des littoraux sur un site occupé par de l’habitat en majorité précaire et des campings.

Vous pourriez également aimer...