tours operateurs à Madagascar
Afrique

La vérité sur ce pays du mora-mora.

Présenter  commun un havre de paix  ou même de paradis. Madagascar a eu ses dernières années une autre  appellation: Le pays du moramora qui veut dire doucement dans la langue de Molière. Niché entre le canal de Mozambique et l’Océan Indien. Ce pays dévoile  ses aspects aux mille facettes.

Pourquoi ce terme « moramora »

Cette appellation n’était même pas donnée par les malgaches mais par les nouveaux arrivants étrangers ou les  touristes. A Madagascar,  tout  se fait  au ralenti surtout  dans les bureaux administratifs, il faut prendre son mal en patiente. Si on veut apprendre  à maîtriser son stress,  l’île reste  la meilleure école pour ce genre de formation.  Dans  tous les bureaux que vous désirez y aller, c’est toujours la queue.

On peut  y perdre beaucoup de  temps  pour des choses qu’on peut faire  en ligne dans les mondes civilisés comme en  Europe par exemple. On ne voit pas les jeunes  se précipiter et presser le matin  pour aller bossé  comment  dans les grandes  villes dans les pays développés.  La ponctualité n’est  pas de rigueur  pour presque la population de Madagascar.

La coutume dans la grande d’île, c’est de prendre le temps pour discuter avec  sa famille le matin,  avec  ses amis. Même au téléphone, on prend le temps de demander des nouvelles  des autres C’est  ça le pays  du moramora , le pays de la sagesse ,la tranquillité ainsi que la facilité. Le temps semble s’arrêter  pour les malagauches pour profiter et s’enivrer de la vie.

La gestion du  terme devenu une marque de fabrique

Dans n’importe quel région de Madagascar,  qu’importe  ou  on y va. Ce terme « moramora »reste toujours dans les recoins infinitésimaux du pays. Inimaginable,  ce terme est  devenu  une  marque de fabrique et une signature du  pays. Les hôtels  et les tours operateurs à Madagascar font même leur fond de commerce de cette appellation,   elle est   même gravée  sur des objets de souvenirs, comme les tee-shirts, des articles de déco. Les touristes s’arrachent  des objets ayant cette marque là.

La jeune génération se fourvoie sur ce statut. L’appellation  n’est  plus péjorative depuis un  certain temps.  Ce cas n’est  pas le seul  et n’est  pas aussi  arbitraire. Conscient de ce phénomène, les bureaux administratifs essaient d’évoluer  et de progresser.

En  ce troisième millénaire, les malgaches sont ils encore dans le «  moramora »

Vous pourriez également aimer...